PortailAccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Incarnez le personnage de votre choix ou créez de toute pièce un personnage inédit !
 

Hirudo Nakushi
Invité / non validé
Invité / non validé
avatar
pic-profil
Messages :
2
Date d'inscription :
30/08/2017

Mer 30 Aoû - 13:43
Hirudo Nakushi
Votre surnom "Taille Cerises"
   Votre sexe Présumé Homme
   Votre âge Oublié
   Votre groupe Kiri
   Votre affinité(s) Futon + Suiton
   Votre spécialité Kenjutsu + Zui Quan
   Votre nindô Y'a des choses qui méritent qu'on se battent pour elles (d'autres non).



  
Description du mental

  

De Hirudo, on ne sait presque rien.

Il est combattif, ça c'est sûr. En revanche on ne sait pas s'il prend du plaisir losqu'il est dans le feu de l'action. Il est juste... méthodique et effroyablement régulier, comme s'il considérait le carnage qu'il crée comme une perte de temps. Il se contente de tuer, n'offrant sépulture à ses ennemis quand il les estime suffisamment méritant pour. On ne l'a également jamais vu verser une larme, son attention est toujours captée ailleurs. Il paraît indifférent, et il paraît bien, si bien que ses émotions même en dehors du champ de bataille en sont devenu un mythe.

En plus de cela, il n'est jamais vraiment ouvert aux dialogues, ne parlant pas toujours lorsque c'est nécessaire, et quasiment jamais de son propre chef. Les seules phrases connues sorties de sa bouche sont des blagues sans nom lorsqu'il en est à sa troisième choppe de saké avec paille. Il est comme, enfermé dans une carapace émotionnelle. Et si c'était lié avec son penchant pour l'alcool? Lequel des deux à entraîné l'autre? Juste des spéculations sur un homme qui relève plus de la légende éthyolée dans l'inconscient populaire que du chevalier en armure.

Quand on l'aperçoit en ville, c'est toujours pour aller se reposer entre deux buvettes ou se diriger vers la porte pour aller prendre son service, entretenant le mythe du protecteur intermittent. Il pense que travailler est toujours inutile, et pour cela il va tuer méthodiquement ses ennemis lors de ses patrouilles diurnes, car l'argent pour l'alcool ne tombe pas des cerisiers. Effectuant toujours le même service changeant chaque semaine et broyant méthodiquement tout opposant restant à la lumière du jour et à la portée de son sabre. Il ne lui jamais arrivé de venir aider ses coéquipiers, les commercants ou les paysans lors d'altercations, il est bien trop occupé à penser à sa prochaine rasade. Arrivant sans aucun mot, et ne repartant qu'avec quelques tâches de vermeil en plus sur son équipement, il se lance cependant toujours dans la bataille, jamais hésitant, et toujours avec sa fermeté et absence de vie caractérisant son envie d'en finir pour rentrer chez sa grand-mère ou chez "Dame" Nobushi et profiter de son saké "divin" comme il le caractérise.

De temps à autres, certains jours dans l'année, il se rend au poste de courrier ou centre de mission en silence, sabres à la ceinture et verre à la main. Jamais il ne pipe mot, jamais il ne parle avec les autres ninjas, donnant au mieux de sa personne une simple présence imposante sentant l'éthanol à deux mètres à la ronde.

Essayez de parler avec lui, et vous aurez l'impression de vous adresser à une porte de prison, méthodique, efficace, froide et implacable, parlez lui avec une quelconque boisson alcoolisée et vous découvrirez un homme ayant pour seul but dans la vie la prochaine coupe, le prochain verre ou la prochaine femme à sa portée.


  
Description du physique

  

Dans les brumes, on aperçoit en premier lieu deux épaulettes larges surplombant une silhouettes rendue asymétrique par le port d'un sabre dans la main gauche et d'une choppe en bois vieillie dans la main droite. Dans les plaines, les pans en tissu déchirés flottent au gré des vents, rattachés par parfois trois fois rien à l'armure de son porteur, et apparaissent comme des tâches autrefois d'un vert immaculé, maintenant tâchées de terre, de sang, et de bière de riz contrastant avec l'armure rouge éraflées du reste de l'attirail. Au soleil, les rayons se reflètent sur les plaques d'acier et excroissances du blindage et font naître des reflets pouvant piquer les yeux et qui laissent deviner les aspérités de l'acier ayant vécu plus que recommandé.

Dans la bataille, on voit l'énorme tornade arrêtant malgré l'âge les flèches et les coup, s'avançant au rythme de la présence d'esprit de son porteur, pas toujours constante. Haut de deux mètres, il fait naître une profusion de coup de ses sabres dont l'affutage de la lame à été oublié depuis fort longtemps, emportant dents, têtes, membres et vies avec elle.

Quand elles marchent droites, les bottes en acier martèlent le sol, faisant naître des petits nuages de poussière ou de boue à chaque pas qui tachent les protèges tibias salis, tracés par des années d'errance dans les milieux inhospitaliers et les reposes pieds des tabourets de chez Nobushi. La genouillère droite est impacté sur sa partie droite. Les cuissards sont encore relativement propres de par le fait qu'ils sont la plupart du temps cachés par l'accoutrement de tissu de l'armure, ou par une serviette quand vient l'heure de se mettre à table. On peut de temps en temps, si on a l'œil aguerri, remarquer que les déchirures dans les banderoles blanches on fait office de pochoir lors de certaines batailles et beaucoup de beuveries, dévoilant l'acier noir qu'à certains endroits bien précis.

Mais tout ça, on ne peut l'apercevoir que lorsque l'homme daigne, essaie et arrive à se tenir droit, ce qui n'arrive que très rarement. Cette attirail de métal finement taillée arborait autrefois un duo de vert et bordeaux lui aussi éclatant, cerclé d'or maintenant bronze et d'un blazon maintenant art abstrait, témoignant des horreurs vues par son propriétaire. La ceinture "en dur" à perdu sa boucle de platine, mais tient encore. On peut se demander pourquoi.

La poignée érafle de temps à autre l'avant bras de l'équipement. Sa pièce autrefois comportait une ligne sur le côté qui finissait sa course près du coude en une imitation de volute de fumée très réussie. Maintenant, celle du côté gauche est partie et remplacée par une coupe Franche limée et laissant sentir au toucher les fibres laminaires du minerai fondu, antique trace de sa fabrication. Celle de droite est érodée par l'eau et le sang, et la bière de riz

La partie la plus sale est probablement les épaulettes. Initialement conçues pour s'assembler en plusieurs plaques qui se dérouleraient tel une coquille d'escargot rappelant les jardins suspendus de Kiri, la terre et le mucus les auraient presque rendues lisses de par l'accumulation de crasse. Les couvres bras ont étés perdus, volées alors que son porteur essyait un nouveau bar des bas-fonds ou qu'il essayait de se battre contre quelqu'un ayant insulté le saké de sa mamie.

Le plastron est fait sur le même schéma que les épaulières, des anneaux de métal soudés ensembles et recouverts d'un tabard d'un rouge pur, sans blason, servant plus à récupérer le sang de ses ennemis qui ont une fâcheuse tendance à s'accrocher à son armure avant de mourir qu'autre chose. Le torse est encore propre sur sa partie gauche grâce au fait que Hirudo boit principalement avec sa main droite. La simplicité de cette pièce à été faite pour deux chose : permettre d'empiler le plus de métal possible sans encombrement afin de rendre le plus solide la pièce, et laisser apercevoir l'ornement du heaume.

Ce morceau d'acier, censé être le plus important car gardien de la tête du porteur et de son anonymat, est composé d'un tour de cou très imposant et relativement simple qui protégeait le porteur jusqu'au bas des pommettes et arborait au niveau de la bouche une boucle en or avant qu'il ne soit pardu. Le heaume en lui même est percé en deux lignes. Une pour les yeux et une petite pour la bouche et la boisson. Entre les yeux naît le bas d'une plaque de jade sali remontant sur le front pour finir sa course en l'imitation d'une crête telle que certains rapaces peuvent porter aujourd'hui, à laquelle il manque aujourd'hui plusieurs plumes. Si vous avez aperçut le visage sali, noir, à la mâchoire carrée et au menton fendu de son porteur, ou si vous l'avez vu enlever son casque et pu observer ses yeux verts éteints, son nez en trompette et son crâne rasé, c'est que vous êtes chanceux ou qu'il est bourré une énième fois.

Ses armes quant-à elles sont toujours en bon état, ce qui relève plus du miracle que de la logique compte tenu qu'il aime ouvrir ses tonneaux de bière de riz avec. On peut encore discerner le renard noir s'enrouler autour des manche en acier lui aussi, et hormis le grincement des gardes dans la main graissée par les cerises d'apéritif, l'arme ne fait aucun bruit. Sauf le "schlak" de l'arme découpant un crâne ou une capsule de bouteille, bien entendu
.



  
Racontez votre histoire

  

Hirudo est plus qu'un pillier de bar, c'est un pillier de ville. Pour savoir d'où vient cette figure immuable tenant de la légende, il faut remonter à son passé.

Hirudo est né dans une ferme de chèvres laitières proche du village de Kiri d'une famille de deux ninjas errants s'étant retrouvés et mariés dans la joie et les sentiments sains et puissants. Tellements sains et puissants qu'ils ne survécurent pas au train de vie de l'élevage de cabris, si bien que la future mère d'Hirudo se retrouva à tromper son mari par vangeance, convaincue qu'il la trompait avec le bétail pour tromper l'ennui lui même. C'est ainsi que naquit le bâtard le plus proche de la véritable signification de ce mot, Hirudo Nakushi qui portait tant bien que même le nom de son père adoptif. 

Le père qui relevait plus de l'éleveur que du géniteur vis-à-vis de son rejeton décida de prendre en main l'éducation de cet enfant qui n'était pas le sien, sûrement pour palier à son manque cruel d'estime de soi, et décida lors de ses 8 ans de l'envoyer au pays du fer afin qu'il entame la formation la plus prestigieuse aux yeux d'un paysan reclus, celle du samouraï.

Il parti durant 10 ans afin de faire sa vie et laver sa réputation des pêchés captiaux qu'il portait, l'accouplement avec das animaux et l'adultère le faisant passer pour un suppôt du mal aux yeux des voisins, il parti plein d'entrain vers ce qui lui semblait être un nouveau salut. Il en revint plein.

En effet, la formation de samouraï était exténuante et aussi rude physiquement que mentalement, les entraînements étant parfois longs de plusieurs semaines sans pauses, et les instructeurs ayant plus le rôle de bourreau que de précepteurs, le taux de suicide était incroyablement élevé au sein de cette voie divine. Le petit Hirudo tint bon, et dévloppa de nouvelles capacités extraordinaires lors de son passage devant le savoir pour s'enrichir. Il apprit par exemple à manier à la perfection deux sabres d'un mètres soixante-quinze de long à raison d'un par mains, technique nécessitant une grande synchronisation des mouvements, puis le kenjutsu le rendant presqu'invincible lorsque ses mains étaients pleine des pommeaux d'armes blanches de n'importe quelle sorte et nécessitant d'être un phase avec son arme, et plein d'autres techniques de combat.

Mais Hirudo apprit surtout à tenir le coup face au suicide de ses camarades. En effet, plusieurs cas de Hara-kiri étaient à déplorer chaques semaines, et la tristesse couplée au désespoir qu'il en résultait exigaient une cérémonie digne de ce nom pour ces damnés du travail et de l'apprentissage. Ces cérémonies exigeant elles-même l'absorbtion d'un verre de saké par défunt, le jeune Hirudo grandit avec la menace permanente de l'alcoolisme au dessus de sa tête. Mais il sut passer outre cette menace, et s'en constitua sa plus grande force, il était maintenant capable d'absorber plusieurs litres d'un quelconque alcool fort, même avec une paille et sans respirer entre les verres, en évitant les quelconques effets secondaires que cela engendrait.

Certains samouraï se mettent des poids ou des entraveurs au quotidien afin de leur conférer un avantage physique lorsqu'ils l'enlèvent lors des situations sérieuses, sacrifiant leur aisance au quotidien pour faciliter l'accomplissement de leur devoir. Hirudo lui, fut le seul samouraï à vivre en permanence sous l'effet de l'alcool dans cette même optique, afin de faciliter ses facultés de réflexions et ses réflexes lorsqu'il arrêterait. Mais il était tellement fort même avec ça qu'il ne sentit jamais le besoin d'arrêter.

Depuis la fin de sa formation, Hirudo vit maintenant au village de Kiri, accomplissant son devoir de samouraï et faisant la part belle à son entraînement, fréquentant tout les bars maintenants dojos de la ville. Et ne reculant jamais devant un nouvel alcool qu'il voit maintenant comme un nouveau moyen de repousser sa limite physique et mentale, afin de mieux préserver la paix de son entourage et ses amis.

Sinon de son temps libre, Hirudo découvrit l'importance des choses simples et du bon vivant, partageant un verre avec ses amis et sa famille pour se détendre et faire une pause avec sa formation sans fin et le travail. Il fréquente le plus souvent la maison de son amie "Dame" Nobushi ou la hutte de sa grand mère pour s'y reposer et avancer toujours plus loin dans sa formation. En effet, un samouraï doit être détaché de toute possession matérielle, et doit abandonner tout objet sauf les outils qui lui serviront à accomplir sa missive sacrée. Il ne possède plus de logis, ni même de meubles. Il erre, créchant là où il peut et chez qui le voudra bien.


  
Test RP ?

  
...



  

|°|Sennin ninja légendaire|°|Jinchuriki de Shukaku|°|
|°|Sennin ninja légendaire|°|Jinchuriki de Shukaku|°|
avatar
pic-profil
Messages :
26
Date d'inscription :
09/03/2017

Fiche Ninja
Niveau/Chakra:
1500/1500  (1500/1500)
Ryos: 800
Points d'éxpériences:
217/1500  (217/1500)

Dim 17 Sep - 20:45
Coucou, et bienvenue en retard sur le forum ^^
Hésite pas à nous tenir au courant sur l'avancement de ta fiche Smile



Spoiler:
 
|°|Sennin ninja légendaire|°|Jinchuriki de Shukaku|°|
|°|Sennin ninja légendaire|°|Jinchuriki de Shukaku|°|
avatar
pic-profil
Messages :
26
Date d'inscription :
09/03/2017

Fiche Ninja
Niveau/Chakra:
1500/1500  (1500/1500)
Ryos: 800
Points d'éxpériences:
217/1500  (217/1500)

Mer 20 Sep - 15:04
J'ai trouvé que c'est une très belle fiche, originale et agréable à lire.

Je dirais qu'elle aurait pu être excellente si il n'y avait pas autant de fautes.

Pour l'instant, je te propose de un test RP pour devenir Jonin Spécial. Cela te permettra d'atteindre le niveau 12 et de profiter des spécialités et affinités que tu as choisi.



Spoiler:
 
Invité / non validé
Invité / non validé
avatar
pic-profil
Messages :
2
Date d'inscription :
30/08/2017

Mer 20 Sep - 15:32
FINI! À moi la bière de riz, les noix de muscade et les geishas.

JE RÉCLAME MON TEST RP! \o/
|°|Sennin ninja légendaire|°|Jinchuriki de Shukaku|°|
|°|Sennin ninja légendaire|°|Jinchuriki de Shukaku|°|
avatar
pic-profil
Messages :
26
Date d'inscription :
09/03/2017

Fiche Ninja
Niveau/Chakra:
1500/1500  (1500/1500)
Ryos: 800
Points d'éxpériences:
217/1500  (217/1500)

Mer 20 Sep - 16:19
Citation :
Comme souvent à Kiri, à l'approche de la saison froide, les nuits sont particulièrement gelée et humide. Deux lieutenants sont en trains de dispatchés leurs soldats à travers le village. Ils avaient reçu, deux semaines plus tôt, un signalement sur une maison récemment désertée en apparence, au bord d'un étang. La mission n'avait été encore demandée par personne, ce qui signifiait qu'il fallait désigner quelqu'un avec le plus de parcimonie possible... Ou pas. L'un des superviseurs suggèrent Hirudo Nakushi, argumentant que les ivrognes avaient moins froids. L'ordre arrive au soldat désigné. Sur place, la maisonnette semble en assez bon état, même si en y regardant de plus près le planché est gondolé. Elle est pittoresque, visiblement abandonnée au moment d'un repas familial. La table est renversée, le repas éparpillé au sol. D'autres meubles sont tombés, entraînant dans leur chute les bibelots qu'ils contenaient. Des traces de sang sont présentes un peu partout, un bras avec un bracelet est démembré, en état de putréfaction. La mission est d'enquêter et surveiller durant trois jours. Tu as carte blanche sur les découvertes que tu feras, d'échouer ou réussir. A ton clavier Wink




Spoiler:
 
pic-profil

Contenu sponsorisé

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
Izaya Nakushi, I'm the Law