PortailAccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Incarnez le personnage de votre choix ou créez de toute pièce un personnage inédit !
 

Voici l'histoire du nouveau Kazekage, nommé Hider.
|°|Nidaime Kazekage|°|
|°|Nidaime Kazekage|°|
avatar
pic-profil
Messages :
99
Date d'inscription :
06/03/2017
Localisation :
Dôme

Fiche Ninja
Niveau/Chakra:
1700/1700  (1700/1700)
Ryos: 800
Points d'éxpériences:
0/1700  (0/1700)
http://the-fate-of-ninja.forumactif.com http://the-fate-of-ninja.forumactif.com

Jeu 11 Mai - 18:27
Hider Zeruge.
Votre surnom L'homme aux yeux d'or.
Votre sexe Masculin.
Votre âge 33 ans.
Votre groupe Suna.
Votre affinité(s) Katon, Raiton, Kinton.
Votre spécialité Ninjutsu, Taijutsu.
Votre nindô “La vie de l'homme dépend de sa volonté, sans volonté, elle serait abandonnée au hasard.”


Description du mental

À l‘heure où j‘écris ces lignes, mon ouvrage est d’ores et déjà achevé, et c‘est non sans un certain soulagement, mais également une certaine anxiété, bien sûr, que je m‘apprête à abandonner ce livre à vos mains, lecteurs. Hider aura été le fruit de nombreuses années de recherches, et de voyages, afin de recueillir le plus de témoignages possibles au sujet du nouveau Kazekage, mes recherches fut difficile, car cet homme bouge énormément, il ne reste pas longtemps au même endroit. L'empereur du pays du vent voulait un homme d'envergure qui serait capable de veillé sûr Suna, et je fini par le trouver. Mais tout ce dur labeur n‘était rien d‘autre que la contrepartie de mon envie toujours plus tenace de ne vous dévoiler que la vérité, la seule vérité. Chacune des sources exploitées au cours de cet ouvrage a été soigneusement vérifiée. Le titre de mon livre vous semblera peut-être un peu racoleur, mais il ne fait que mettre en lumière le regard que chacun a pu poser sur Hider Zeruge. Maître ou crétin? Je ne tranche pas, soucieux de ne révéler que les faits, en toute objectivité, je te laisse le soin, lecteur, de te forger ta propre opinion.

Hider aurait pu être un garçon tout ce qu'il y avait de plus normal, si tant est que la normalité existait réellement, et il l'avait d'ailleurs été jusqu'à la fin de sa scolarité. Calme, sans histoire, serviable et amical... Mais l'enfant qu'il était alors avait justement dû renoncer à l'innocence, et la monstrueuse vérité qui avait alors éclaté l'avait profondément détruit, et changé. Il ne serait plus jamais le même, car son cœur s'est mis a saigné. Il fallait oublier l'image qu'on avait pu avoir de lui quelques années plus tôt. Le petit garçon avait disparu à tout jamais, laissant place au combat, la douleur, l'amertume. Seul l'amour pour sa mère ne tarirait jamais, son admiration envers elle n'a fait que s'accroitre en continuant à suivre ses conseils. La manipulation ne fait pas partie de son fonctionnement puisque la sincérité est sans doute sa principale qualité, au point parfois cependant de blesser les gens qui l'entourent, mais c'est pour ouvrir leurs yeux et enlever se voile. Il vous dira toujours ce qu'il pense. Caresser les gens dans le sens du poil n'est absolument pas son genre.

A l'âge adulte on pourra voir en Hider une personne avenante, agréable, qui ne manque ni de conversation, ni de charme. Le moins que l'on puisse dire, c'est que cet homme plaît beaucoup aux femmes, elles sont assez nombreuses à lui céder. Séduites par lui, mais il n'en jamais abusé, par respect.... Il fait preuve d'un charisme indéniable, d'un sens inné pour la rhétorique (qu'il entretient et cultive depuis toujours), ainsi que pour la répartie, qui lui a servi plus d'une fois. Pour autant, l'on ne pourrait pas dire que Hider comme quelqu'un de fondamentalement inoffensif. Un tel excès de zèle, aidé d'une intelligence certaine, cache souvent des intentions bien moins louables. Mais rien, il est tout simplement vrai, difficile de croire que ce genre de personne existe dans cette terre si vaste et emplie d'épouvantables créatures.

Cet homme est une personne très pure, très subtile en bref : Intellectuel. Une subtilité que sont les jurons dont on se doit de s'y indisposer, tout en gardant un calme plat et indubitable, oui, c'est bien vrai, sa voix grave est apaisante pour quiconque qui le côtoient, beaucoup de personne aiment l'entendre pour s'apaiser et s'encourager de ses mots si profond et sincère, il est un peu comme les anciens rois en employant des mots crût et juste. Le calme lorsqu'il n'est pas poussé par son fond d'âme d'un passé, est aussi difficile et de plus, un vocabulaire philosophique est à ajouter à sa psychologie. Ô grand combien, il a essayé de s'attribuer à une personne drue et aguerrie, c'est alors qu'à chaque fois, il fût remis à son pauvre rang de pauvre pusillanime adynamique en constant hyperactivité : Certes, mais l'oxymore était cette fois-ci de trop, car ce n'est que par chasteté envers la race humaine qu'il n'a point exposer sa prépondérance. Son Eve étant la recherche constante de sortir en chacune des personnes le meilleur de soi-même et trouvé le monde d'utopie, mais cela n'est peut-être qu'un rêve. Ce sinoque fût autrefois une personne fluide et parcouru d'un flux d'allégresse et d'une béatitude tacite, ce n'est qu'au cours du temps que son historique moral s'est inexplicablement modifié du a son incroyable vécu.

Quiconque ne connait pas Hider Zeruge, pas même de réputation, car il s’était effacé pendant un long moment (mais ne nous leurrons pas, ils ne sont pas bien nombreux, ceux qui ne le connaissent pas du tout) auront du mal à croire qu'il est considéré comme l'un des plus grands ninjas de l'histoire, aux yeux des historiens, sa puissance semble légendaire. Son comportement farfelu, parfois presque enfantin, dissimule une véritable sagesse, empreinte de considérations humanistes, qui se découvrent dans ce que sont devenues ses convictions les plus profondes : une foi pleine et totale dans la justice, l'amitié et la vérité... Cette philosophie de vie n'a pas toujours fait partie intégrante de lui, cela étant, il a fallu en passer pour lui par une véritable souffrance pour se repentir et surtout d'acquérir énormément d'expérience. Il a fait pénitence, et sa volonté de combattre le mal est sincère. Il a bien des qualités. Mais des défauts également. Il veut croire en la nature humaine. Mais la nature ne le lui a pas toujours bien rendu. Il continue d'y croire, malgré tout.

Hider est un homme généreux, qui aime offrir et qui se montre très tolérant. Cela vient de son éducation, il peut remercier sa mère, elle a fait de lui un homme bon. Elle l’a toujours poussée à se confier sur ce qu’il ressentait, à s’ouvrir aux autres. Il est donc honnête, il a pour principe de toujours dire ce qu’il pense et ce qu’il a sur le cœur. Quand il aime, il ne le fait pas à moitié, quand il déteste également. Parce qu’il a beau être ouvert aux autres, il lui arrive quand même de ne pas aimer une personne... Il est une personne curieuse, surtout concernant le pays du vent (pas pour rien qu’il fait le travail qu’il fait maintenant), il pense qu’ils ont énormément de chose à apprendre encore et qu'ils devraient eux aussi savoir la vérité. Cet homme a des passions bien déterminées pour les dissections prononcées pour les vieux livres et cherche en constance les histoires qui sont introuvables et qui ont fait ce monde.

Cette personne est spontanée et dépourvu d'une quelconque altérité, selon certains points de vue, mais c'est bien sûr en ayant regardé en analepsie ses antériorités, une irrévérencieuse allégorie voluptueuse mais opulente du démiurge immémorial. Son cœur pur qu'il possède est une des grandes forces, mais faiblesse aussi. Sa vénération envers sa mère n'ont fait que s'accroître au fil des lunes vacantes, même s'il a tous perdu et qu'il souffre en silence en ce touchant souvent le cœur, et parfois lâché quelques larmes pour sa mère, il continue de vivre pour elle, car sa mère dirait « Il ne faut pas se morfondre, même si y a des jours difficiles. » Ses espoirs sont abrupts, il n'en perd jamais, et donne l'espoir aux gens qui l'entourent et s'annoncent en leur donnant une énorme force morale, même aux personnes qui ont une grande haine envers autrui, ces mêmes personnes seront comme paralysés et réfléchiront et remettront en questions aux mots de Hider voire même succomberons aux charmes et s'attacherons a lui-même en disant le contraire de cet homme d'envergure, ce qui rend son intellectualité des plus abscondes.

Attention, ces mots sont parfois crut, du fait qu'il est très précis et son intelligence semble effrayé plus d'un, mais jamais il ne rabaissera son interlocuteur ou interlocutrice, il sera toujours humble et respectueux, ou peut-être qu'il dira trop de vérités pour anéantir vos ténèbres et vos cauchemars, Par frivole et rudimentaire véracité, se désister, est un principe qui ne s'immisce et ne s'immiscera perpétuellement au sein de son idiosyncrasie, quidam pourvu d'une once de lucidité le distinguera hâtivement, conséquemment à quelques moments de côtoiement. Il est en harmonie avec soi-même, il est juste un homme entier. C'est en soit une misère misanthrope que d'essayer de déchiffrer les paroles psychoses d'un azimute. Mais aussi, d'une délicatesse diaphanéisée de s'y laisser porter et d'y comprendre les buts pour après les acquiescer tendrement.


Description du physique

Fermez les yeux et imaginez... Une nuit de pleine lune, arborant quelques nuages sombres, et un mystérieux brouillard, sur votre gauche, ce qui semble n'être que l'ombre d'une pyramide dans cet immense désert où votre petite personne s'est égarée se détache peu à peu du reste du paysage. L'astre lunaire n'éclaire pas encore cette anomalie que vous discernez déjà sa silhouette vaguement humaine, comme si sa délimitation était floutée par un voile invisible. Une longue ombre, presque difforme par sa taille qu'on la penserait se scinder en deux morceaux, avançant un peu plus vers vous après vous avoir repérée. Sa démarche semble lente, réfléchie et calculée. Son pas est léger, comme s'il ne pesait rien et dansait dans l'air. Vous captez un son, répétitif, long et profond : une respiration, lente mais inarrêtable, elle se rapproche de vous encore et encore dans l'obscurité croissante. Pourtant, un rayon de lune vint éclairer le haut de cette ombre en partie camouflée. La lune éclaire maintenant le corps élancé mais aussi les traits de l'individu. Une impression de force se dégage de cet homme. Passons à son corps, ses pectoraux larges et des abdos saillants dessiné au crayon et développés, Si vous croisez son regard, vous trouverez surement étranges ses pupilles dorées? Ce jaune si vif, ses yeux sont si perçants qu'ils peuvent vous effrayés? Le jeune homme dégage un certain charme mais même sans évoquer cela, notre grand gaillard est facilement remarquable par sa couleur de cheveux. Il convient que le blanc n'est pas une couleur banale comme être brun, roux, blond ou autres. Sa longue chevelure blanche qui peut tourner au gris se trouve être d'une longueur atteignant le bas de ses omoplates, et une frange vient lui barrer le visage en se positionnant devant ses marques bleutées.

Du haut de son mètre quatre-vingt-cinq, et de ses quatre-vingt kilos qui s'harmonisent parfaitement avec sa stature, Hider est un Belhomme au visage attrayant, il dépasse la trentaine, pour être plus exacte, son âge est de trente-trois ans. La finesse de son nez s'harmonise parfaitement avec le reste des éléments qui composent son visage, comme sa bouche finement dessinée, cache une voix grave, et apaisante pour ceux qui l'écoute. Néanmoins, d’apercevoir un quelconque sourire se former sur ses lèvres, Hider préférant rester neutre la plupart du temps. L’élément qui se remarque probablement le plus est la couleur de ses yeux. Arborant une teinte jaune comme certain félin des plus rares, ceux-ci sont vifs et perçants. Ils semblent par ailleurs animés d’une lueur étincelante et d'intelligence tout en gardant précieusement les secrets du Belhomme, si tant est que l’on daigne s’attarder dessus bien évidemment. L’apparence de son visage lui procure donc une image à la fois mystérieuse et, envoûtante aux yeux des autres, mais peut également démontrer un certain réconfort à travers son regard qu’il arbore en quasi-permanence.

Maintenant passons à se corps dissimulé sous une tenue sombre : d'une corpulence athlétique et finement sculpté, impressionnante au niveau de la masse musculaire qui ne se montre visiblement pas timide chez lui. Ayant l'âme d'un sportif, cela montre qu'il en a vraiment bavé durant ses entraînements. Un ventre sec et modelé avec convenance, qui dévêtu, nous fait partagé des biceps gonflés à bloc, des abdominaux aussi solide que l'acier et de large pectoraux bombés et saillants, quant à son dos, l'une des parties clé de sa masse grâce auquel nous pouvons notamment le qualifier d'acier nous faisant admirer ses multiples dorsaux ainsi que ses épaules larges et impressionnante. À ses jambes s'habillent des cuisses vives et puissantes, des mollets rigoureux et de fines chevilles solides comme la roche.

Pourtant, sa façon outrancière de se sustenter ne l'assujetti pas à un poids trop superflu, au contraire Hider n'arbore la moindre controverse le concernant. Non leptosome, il bénéficie d'une musculature embellit en satisfecit des fréquents exercices corporels qu'il concrétise, sans atermoyer, dès son éveil. Il les échelonne de manière à façonner au mieux sa corpulence, ceci sans dénombrer les multitudes instructions éprouvantes que les preuves qu'il la traverser. En somme, il est pourvu d'une solidité érigée pour une corpulence assez imposante, qui lui octroie une force et une défense physique davantage substantielle au-dessus de la normale, follement désirable pour quiconque juvénile de son âge, Hider s'enhardira à y recourir dans le dessein d'annihiler le moindre ennemi pour pouvoir savourer l'émancipation de l'âme en affliction ou bien, dans un registre tout aussi louable, pour protéger sa terre.

Ce grand combattant est recouvert par une longue cape noir aux tissus enveloppant entièrement son beau torse descendant jusqu’au niveau des mollets arbore une teinte noire, car sans cette cape il n'a rien pour cacher ses pectoraux et abdominaux, et qui laisse ses avant-bras libres. Cette dernière arbore intégralement deux couleurs, tel que la plus sombre et la plus limpide qui érigent un habillement pour le moins polychrome, ne scintillant que médiocrement. Un pantalon noir, qui se marie très bien avec le haut. En totalité, ses vêtements lui concèdent la prérogative de s'intégrer dans n'importe quel lieu amical, quel que soit l'instant l'octroyant une parfaite liberté dans ses déplacements et autorisations. Nous pouvons remarquer des marques bleutées parcourant son bras-droit comme citez plus haut sur son visage.


Racontez votre histoire

Hider est né à l’an 42, dans le village de Suna, situé en plein milieu d’un désert hostile. La veille de sa naissance, une bataille avait -encore!- eu lieu à Suna, entre peuple en colère et dirigeants fourbes, et son père avait même été blessé, pas gravement cependant. Les hommes ont sombrés dans la folie et le pays du vent vit certainement ses heures les plus sombres. Les grandes factions ninjas, qui étaient voisins du village de Suna ont décidées de finir ce qu’elles avaient commencées et se battent désormais sans même prendre en compte les chances de victoires ou de défaites. Les batailles sont rudes et chaque victoire voit son lot de morts augmenter, le sol devient rouge du sang des victimes, des guerres, et les charniers sont de plus en plus nombreux sur le sol du pays du vent. Dans ce monde où la loi du plus fort prédomine, les faibles n’ont pas leurs places, ce sont les premiers tués.

Néanmoins sa naissance fut comme un rayon de soleil dans cette maison où habitait le jeune couple que formait ses parents : Maiko et Kaido. Sa mère, surtout, eut la sensation qu’un ange venait de tomber du ciel. Hider était un bébé pacifique et doux, aux yeux jaunes perçants et vifs, et aux cheveux d’une couleur surprenante, encore plus pour un enfant : aussi blanc que de la neige. Plus il grandissait, plus sa mère était attachée à lui, au point même d’en délaisser son mari, peu compréhensif. Car Hider était un enfant sensible, et profondément serviable, surtout avec elle qui était affaiblie par une longue maladie, et qu’il aidait donc au quotidien du mieux qu’il le pouvait.

Son père Kaido le trouvait trop faible, pas assez guerrier dans l’âme, et était jaloux du temps que passait sa mère avec lui. C’était un homme rude, bourru, car les guerres incessantes l’avaient rendu désabusé. Les relations avec sa femme et son fils se dégradaient donc un peu plus chaque année, et Hider grandissait tant bien que mal dans l’ambiance tendue de ce village de Suna. Lorsqu’il ne prenait pas soin de sa mère, Hider était un enfant pareil aux autres, aimant jouer avec ses quelques voisins à des courses ou au jeu du chat, cherchant à attraper les nombreux papillons colorés qui voletaient au-dessus des collines non loin de sa maison, ou encore appréciant se baigner dans le lac qui bordait le village.

Lorsqu’il eut six ans, les disputes étaient devenues incessantes dans le foyer. Quand son père s’en prenait à sa mère, allongée sur le fauteuil près du feu, fiévreuse, larmoyante, Hider regrettait de n’être pas plus fort et serrait ses poings de rage. Du fait, ce fut un soulagement lorsqu’un an plus tard son père partit de la maison pour refaire sa vie avec une autre femme du village.

Mais au sein du village, à cause de la fourberie toujours renouvelée des hauts dirigeants, des problèmes de hiérarchie et de la révolte des plus pauvres, les batailles étaient de plus en plus fréquentes. Un soir de novembre, pris dans une bataille particulièrement sanglante, lors d’un affrontement avec un groupuscule qui visait le village de Suna, plusieurs habitants furent gravement touchés, comme le père de Hider, qui mourut au bout d’une longue journée, malgré les soins prodigués par les ninjas guérisseurs du village. Bien qu’il en ressentit un léger chagrin, ce ne fut pas vraiment terrible pour Hider, qui n’avait pas de souvenirs de bons moments passés avec son père auquel se raccrocher. Suite à cela, sa vie devait changer : son grand-père, qui était le père de sa mère, l’inscrivit à l’académie des Ninjas dans le but qu’il apprenne à lire et écrire, ainsi que les rudiments du shuriken. Il ne s’y sentait pas à sa place, car ce milieu était beaucoup trop violent pour lui, et, armé de son esprit vif, il brillait plus en théorie qu’en pratique, mais bien qu’il détestât la violence, il se révélait très doué, et il fut vite évident pour son professeur qu’il possédait sans doute le meilleur potentiel de l’académie.

Cependant, Hider n’était pas assez assidu en cours, car il préférait apprendre seul, et ne voulait pas laisser sa mère, mal en point, sans lui trop longtemps. A l’âge de dix ans, il fut gradé au rang de Genin, mais décida cependant d’arrêter d’aller en cours pour s’occuper définitivement de sa mère : elle avait beau lui avoir caché bien longtemps, il savait à présent qu’elle était mourante, et que son devoir était de prendre soin d’elle, et de profiter du peu de temps qui leur restait ensemble.

Le regard de la mère de Hider se voilait inexorablement, le froid commençait à l’envahir et d’un geste lourd, Maiko se laissa tomber à terre, protégeant comme elle le pouvait encore son enfant qu’elle entendait encore pleurer. Sa respiration se fit saccadée puis elle sentait le souffle de vie s’enfuir petit à petit, elle trouva encore la force de murmurer avant de laisser ses paupières lourdes se refermer.

« Soit courageux mon fils… Je t’aime plus que tout… elle sanglote dans son sommeil.
-Je t’en supplie ne me laisse pas ! j’ai encore besoin de toi maman.... Emmène-moi avec toi, je ne veux pas être seul... » il poussa un profond soupir avant de fondre en larmes tout en la serrant dans ses petits bras contre lui.

La bougie était éteinte. La tristesse l'avait submergé de tout son âme, Il ne pouvait vivre sans elle, voulant la rejoindre à son tour. Était-ce de la frustration de perdre l'être le plus cher à son cœur ou simplement une de ces multitudes composantes de l'amour ? Qui pourrait le dire même lui n'en savait rien. Sa vie s'effondrait... Hider avait donc douze ans lorsque sa mère mourut, des suites de sa longue maladie. Ce fut sans doute le moment le plus dur de sa vie : il pleurait sans cesse, son humeur était terne et sombre, l’avenir sans sa mère lui paraissant dénué de tout intérêt. C’était presque comme s’il se laissait mourir :il ne mangeait presque plus, il ne quittait plus la tombe de sa mère, à côté de laquelle il se couchait même, toutes les nuits, dans l’obscurité et le froid. Il lui parlait, lui disant comme il aurait souhaité la rejoindre, pour pouvoir la retrouver, enfin.

Nuit difficile, nuit angoissante, nuit remplie de cauchemars. Cela faisait longtemps qu’Hider n’avait pas passé de telles nuits. Il dormait, d’un sommeil agité rempli de drôle de rêve effrayant dans lequel il entendait hurler. D’habitude, sa maman l’entendait gémir quand cela lui arrivait, elle arrivait, et d’une main apaisante, de quelque mot chantonner elle parvenait à le calmer. Mais cette nuit-là, bizarrement, il n’y avait la voix douce de sa maman, ni sa douceur. Dès lors son souffle s’amenuisa doucement, ses paupières, closes, refusèrent de se relever et son esprit se mit à voguer aux travers des limbes de ses pensées. Plus rien n’avait d’importance, la mort venait enfin le chercher. Le froid qui se répandait en lui sembla reculer un instant, un court instant qui lui permit de revenir à la réalité du moment pour laisser place à une voix douce et si familière.

« L’amour est plus forte que la mort mon fils, et rien ne pourra l’empêcher de m’enlever à toi… rien ni personne… Continue de vivre, je t'aimerai pour toujours... »

Le regard perdu, cette voix qui raisonnait dans tout le cimetière était la voix de sa mère qui serrant et berçant comme elle le pouvait le petit Hider, le dernier son de sa voix qui l'encourager à subsister dans ce monde sans elle...

Quand la voix de sa mère résonna derrière lui, Hider eut du mal à réagir, à comprendre. Quant à savoir où était sa mère ? Etait-elle revenue ? Du moins sa voix, pour le faire éviter de commettre une bêtise ? Certainement, oui !

Devant sa détresse, son grand-père le prit sous son aile et devint ainsi son tuteur. Il était aveugle et d’un âge très avancé, mais il décida de lui apprendre ce qu’il connaissait de la vie, de lui insuffler toute sa sagesse et tout ce qu’il savait dans l’art de maîtriser le métal, le kinton pour être plus exacte, car il voyait en Hider un meneur d’homme au cœur pur. Le clan Zeruge dont il était le chef était un clan avec une majorité de bonnes personnes, à l’exception de quelques individus qui cherchaient à reprendre le contrôle du clan pour pouvoir lui voler sa place de grand sage. Mais le vieil-homme rêvait évidemment de voir son petit-fils le remplacer comme chef dans un futur proche, car il voyait en lui une personne unique, pure, comme l'était sa mère, mais aussi celui ayant le potentiel suffisant pour faire renaître l’art de maîtriser le métal et de faire d’une légende une réalité. Lui-même ne maîtrisait qu'une petite partie des techniques de cet art, et il sentait qu’Hider avait le potentiel pour le surpasser. Bien sûr, il était lui aussi très affecté par la mort de sa fille, mais il fit comprendre à Hider, avec toute sa sagesse et son amour, que sa mère aurait voulu qu'il surmonte sa mort et profite de la vie pour elle, et qu’il se devait de continuer l'apprentissage des ninjas.

Les années passèrent, Hider avait repris sa vie de ninja, devenant un jônin à l’âge de seize ans. Lors des examens des chûnin, le jeune homme avait su montrer de belles choses en termes de travail d’équipe et de leçons de vie et avait tant épaté les autres, les membres de son équipe comme ses ennemis, qu’on lui avait fait sauter un grade. Il était également un fin stratège : il remporta plusieurs combats grâce sa subtilité, sa façon de mettre ses opposants mal à l’aise et de les dérouter avec son allocution et son phrasé si brillant. A l’aide de toutes ces stratégies et ces techniques héréditaires, il impressionna beaucoup de monde, jusqu’à se voir attribuer le surnom nom de « L’homme aux yeux d’or. » Hider maîtrisait à présent le métal, de par son clan, et était également devenu un expert en katon, l’art de maîtriser le feu. Il représentait un modèle pour les enfants du clan et tous ceux du village de Suna. Mais son évolution était de plus en plus effrayante aux yeux des autorités, plus que conscientes qu’Hider avait du pouvoir et un impact psychologique fort sur les habitants du village, et que cela grandissait jour après jour.

Un beau matin, l’empereur du village de Suna désigna un nouveau chef au village : celui-ci portait le nom du Shodaime Kazekage. C’était non seulement un homme rempli de vice, mais également un charlatan qui prétendait avoir scellé le bijuu shukaku (un démon) dans une urne. Évidemment, il mentait éhontément : ce démon avait été enfermé bien des siècles plus tôt. Hider avait bien quelques doutes sur le nouveau Kazekage, cependant il le laissait faire, se disant qu’il valait mieux pas juger sans le connaître et attendre un peu avant de tirer des conclusions.

Comme son père auparavant, Hider participa à plusieurs guerres entre le village de Suna et d’autres villages qui se situaient aux alentours, don une qu'il lui marqua à jamais.

Le monde autrefois déchiré par les guerres, Suna et autres villages rebelles, c’était maintenant pas moins de quatre factions qui se battaient pour avoir la plus belle place sur le grand désert, surtout l’appât de gain, et montrer à son voisin sa suprématie. Quand les petits ce sont levés, beaucoup ont rigolés, disant qu’ils n’avaient aucune chance face à la supériorité de Suna et la répression des deux grands fut d’une violence inouïe, n’hésitant pas à placer la population contre le mur et procéder à des exécutions sauvages, mais les armées des grands villages étaient composées des hommes et de femmes de tout le pays du vent, Suna aux Brigandins, et maintenant qu’ils avaient leurs propres villages à défendre, qu’ils découvraient une nouvelle liberté, ceux-là ne se déplaçaient plus pour l’une ou l’autre des cités et les armées ninjas de Suna et de son voisin avaient finis par être fortement réduite, équilibrant les chances pour tous et augmentant les massacres et les enrôlements de forces dans les fermes et les petites bourgades qui avaient fleuris un peu partout.

Certains parlent de la sélection naturelle, des dieux qui ont décidés de faire le tri, le ménage dans tout ça pour ne garder que les plus forts et mettre sur pied une unique ville, une capitale qui s’étendrait de l’est vers l’ouest et couvrant le pays entier du vent du nord au sud, une ville unique, une armée unique et la paix dans le monde. Sauf que tout le monde se battait pour en être la pierre angulaire. Pour Hider, l’homme vois folie et opportunité. L’opportunité d’avoir son propre village, sa propre faction, de se faire une place, car les cités n’ont pas été les seules à se lever. Partout, des troupes de ninjas avide de pouvoir, des troupes composées de dix à plus de milles hommes ont vu le jour, profitant de l’occasion pour s’imposer.

Un an plus tard :

Hider vis depuis bien avant le début de la grande guerre qui aller l’endurcir. Il vu des batailles innombrables, vivant en tant que jônin du Village de Suna, en effet, ses années de missions lui ont permis de stocker un nombre incroyable de ressources et d’obtenir des contrats de marchandises avec toutes les villes, de plus, grâce à ses talents de diplomaties, il a accès aux ressources maritimes qui l’aident à faire évoluer le village de Suna, ce n’est pas pour rien que les hauts dirigeants l’ont mis le grade de Jônin mais aussi de negociateur, son allocution était l’un de ses meilleurs outils en terme de diplomatie, mais surtout à nourrir le village de Suna. La nourriture et l’eau sont devenus des monnaies d’échange de par le monde, à la hauteur des ryos, et certains tueraient leur propre mère pour un tonneau d’eau, une barrique de viande ou un lingot d’or. L’époque de Hider était très difficile à vivre.


Aujourd’hui, c’est dans le désert aride qu’a lieu la bataille, un village d’un grand chef de mercenaire, et également chef du temple du vent, que le village de Suna veut obtenir pour un accès aux champs cultivables, mais également d’arrêter ce village qui commet des crimes en silence en vendant des contrats d’assassinat. Mais sinon le prix de la céréale a beaucoup augmenté, alors les ninjas s’étripe pour du blé… Hider pensait peut-être, prendre une flèche en pleine tête, et tomber. Ils étaient devant les murs et déjà certains grimpent aux échelles, sous les pluies de projectiles envoyé par les défenseurs. A côté de Hider, deux discuter.

« Je la sens pas cette bataille, je n’aurais jamais dû venir ! Il parait que la troupe du village de Suna est engagé en face de nous. dit le premier, un mercenaire.
- Je ne donne pas cher aux premiers arrivants… répondit son acolyte, d’un ton moqueur. »

En effets, des ninjas tombaient du mur au-dessus d’eux, en hurlant, avant de s’écraser sur le sable.

« Tu connais la meilleure ? Trente mille ryos à celui qui rapporte la tête du chef de l’armée de Suna. l’autre attrapa une corde et commença monter.
-Trente mille ? Pour une tête d’un vieux ? C’est incroyable, et on veut nous faire croire que c’est juste pour des champs de blé ? rétorqua à son interlocuteur.
-Je me fou pas mal de la politique, du moment que je touche la somme ! »

Intéressant, trente, ce n‘est pas rien, pensait-il en montant sur une échelle, mais ces deux-là n’avaient pas tort, c’était beaucoup pour un chef, même venant de Suna, surtout en ces jours de crises… Au-dessus d'eux les flèches et les jutsu volaient, explosaient autour de Hider, semant la mort et la destruction, mais il en fallait bien plus pour arrêter les ninjas de Suna.

Malgré la difficulté, Hider réussis enfin à prendre pied sur le mur, se trouvant derrière d’autre ninjas qui était montés avant lui. Les défenseurs se battaient de toutes leurs forces pour boucher la percée que les ninjas de Suna faite et vite, il se retrouvais serré contre le mur. Ils étaient repoussés, et n’étaient plus que cinq sur le mur, Hider, les deux qui discutaient en bas et qui se battaient comme des diables, un mercenaire et un autre ninja, qui se prit une flèche entre les deux yeux et bascula de l’autre côté du mur, dans le vide. Alors qu’il virevolta pour éviter un coup d’épée, un ninja vint se planter sur une lance, que son possesseur braqua sur lui. L’autre ninja, avec une chance pas possible, sauta sur son opposant avant de lui trancher la gorge, mais il se prit un coup de dague dans le dos, et tomba sur le sol, avant d’être achevé d’un coup de lame dans la tête, qui se fendit dans une gerbe de sang. La scène était d’une rare violence, tout cela sous les yeux de Hider, il avait du mal à retenir ces émotions, mais il fallait garder son calme et se concentrer.

Ils étaient plus que deux sur le mur, Hider n’en avait plus pour longtemps. Autour de lui, le bruit des épées et kunai qui s’entrechoquent, des cordes qui se détendent, des cris des blessés...

Un cercle d’ennemi se forma autour de Hider, et l’espace était insuffisant pour qu’il utilise son katana. Fronçant légèrement les sourcils, il jette un œil derrière lui et voit que de nombreux ninjas montent aux cordes mais ne peuvent poser pied sur le mur. Soudain, le jeune homme aux yeux d’or qui était monté sur les remparts se jeta sur les agresseurs, et en entraina plusieurs dans le vide, le permettant d’avancer et le laissa assez de place pour pouvoir se servir de son pouvoir héréditaire, le kinton, créant une épée. Il la pris à deux mains, la faisant jaillir de ces mains.

En fait, c'était plus une grosse plaque de fer taillé de son kinton, sans même prendre le temps d'en faire des lignes ou de calculer le contrepoids, ou encore la force nécessaire à un homme pour la soulever. C'était une vulgaire plaque de métal qui ne pouvait même pas couper, comme une lame normale. En fait, ce morceau de métal servait juste à écraser l'adversaire, à le broyer sous le poids du fer, le déchirant en deux. Hider ne maîtriser pas encore cet art, et ça se voyait.

En concentrant toutes ces forces dans ses bras, d’un large arc de cercle, dix ennemis furent déchirés en deux. Autant qu’il lui fallait énormément d’énergie pour soulever et frapper une première fois, ainsi qu’un minimum d’espace avec cette épée, autant, après le premier coup, il se servait de la gravité et d’autres lois physiques, ainsi que de son intelligence pour donner des frappes dévastatrices sans trop se fatiguer. Mais il y avait autre chose… L’assaut se déroula finalement bien pour les ninjas de Suna et ils pûment entrer dans le village, ou tout du moins dans la cour, en se fendant un passage à gros coups de ninjutsu Katon et suiton.

Très vite, Hider sentis tomber en transe, la douleur et la fatigue l’avait accablé. Dans le vacarme de la bataille, les cris de guerres, les fracas des lames qui s’entrechoquent, des boucliers qui se percutent, des hurlements des tués. Hider exécuta quelques signes avec ses mains pour créer une immense vague de Kinton, dément, qui faisait reculer les ennemis, terrifiés, tétanisés, incapables de se défendre face à cette vague qui les enterrer vivants, tombant autour de Hider comme des mouches, mais le jeune homme finis par être vaincu par une escouade qui le prient en une attaque combinés, car la fatigue l’avait eu, du coup d’autres ninja essayèrent tant bien que mal protégé le jeune homme, très vite, plus un mercenaire ne voulait s’approcher, horrifiés, clamant les ninjas de Suna de misérables. La bataille tourna en la faveur des ninjas de Suna, et très vite, la cour ne contenait plus que des cadavres, c’est alors que les troupes de Suna s’arrêtèrent, devant l’entrée de ce village de criminel, Hider tomba encore une nouvelle fois au sol, trop de sang perdu, sentant que son chakra se dissipé peu à peu de son corps. Même les compagnons d’armes le regardaient en biais, le pauvre Hider semblait épuisé, mais aussi remplis de tristesse d’avoir tué ces ninjas, même s’ils étaient des criminels, et qu’ils voulaient prendre le contrôle du village de Suna dans un futur. Une femme ninja médecin lui tendit la main pour l’aider à se relever et le tapa dans le dos en le remerciant, sans doute pour l’avoir aidé alors qu’il n’en était pas conscient, elle se mit à le soigné, car Hider avait perdu beaucoup de sang durant cette bataille, sa tête tourner et tombât au sol, tel une lourde pierre, il finit par perdre connaissance, jusqu’à que la jeune femme partie en larme, elle n’arrivait pas à le maintenir réveillé.

« Hider…. Aller ! un peu de nerf, tu ne vas pas te laisser mourir… » dit-elle courageusement en fronçant les sourcils.

Les blessures de Hider ce refermèrent grâce à cette jeune femme qui le sauva d’une mort certaine, les talents de guérisseuse de cette jeune femme étaient impressionnant, il ouvrit ses paupière en voyant cette jeune femme en larme. Soudain, des cris fusèrent à l’avant de l’armée, provenant de ceux qui essayaient d’enfoncer la porte à coup de raiton et doton, d’ailleurs les « boum-boum » continuels des jutsus se fracassant contre la porte ne se faisaient plus entendre. Le jeune homme remerciait le ninja médecin de l’avoir sauvé, il se faufila entre les ninjas qui regardaient tous dans la même direction, vers la porte, tandis que les cris continuaient, tout comme le bruit d’une bataille, mais pourquoi personne ne bougeait ? Soudain, Hider surgit en premier rang en serrant les dents, et là, il vit, un homme dégageant un chakra monstrueux, il portait le blason du chef de ce village de barbare sur son large plastron de guerre, mais, comble de l’horreur, il portait à la main une épée gigantesque sur laquelle étaient empalés trois puissants ninjas de Suna et avait tué à lui seul une trentaine d’hommes, une montagne de cadavres se formant à ses pieds.

« Allez, approchez femmelettes, vous avez peur ? Ahh ! Allez, venez-vous frottez à moi ! » continua-t-il en insultant les troupes de Suna qui ne bougeaient plus d’un pouce, avant de poursuivre avec rage.
« Il est temps de retourner d'où vous venez, bandes de charognards ! »

Le grand chef de la grande armée de Suna arriva :

-Alors, les ninjas de Suna, personne pour sa tête ? C’est le seul qui nous bloque l’accès à la salle du trône, allez, attaquez-le ! Êtes-vous des ninjas de Suna ? cria-t-il en haranguant ses troupes et les mercenaires en face.

Personne ne bougea, les shinobis de suna, ainsi que Hider étaient tétanisés de peur, même s’’ils combattu pendant des heures, ils sont tous senties que l’homme qui leur barrer le chemin était bien trop fort pour eux.

« Bande de lâches… Même toi Hider… Tu trembles, devant une ordure pareille ?! » ragea-t-il.

Hider fendis la foule, avec son arme concentrée de katon, son épée est devenue plus tranchante avec l’effet katon sur son arme, sous les expressions de surprise des soldats et du général.

« Sempai ? Cet homme est sans doute redoutable, mais pensez-y, nous avons des proches au village de Suna, c’est tout à fait normal que nous hésitions, mais je me battrai à vos côtés. Il leva la tête fier comme un paon.
-Voilà ! c’est cet attitude que je veux voir, prenez-en de la graine les autres ! Hider, je veux que tu restes à l’écart au cas ou si d’autres ninja aide leur chef, car pour te dire vrai, je n’ai pas envie que tu l’affrontes, tu n’aies pas encore prêt pour ce genre de combat ! Mais j’approuve ton courage et ton dévouement pour un jeune homme, je veux seulement que tu me couvres… Si je flanche vous l’attaquer tous en même temps ! »

Le général se tourna vers Hider et le fixa avec fierté avant que le jeune homme aux yeux d'ors parle.

« Très bien, j’attendrais votre signal. »

Le chef des barbares éclata de rire quand le lead de l’armée de Suna se mit face à lui, c’était un titan de près de deux mètres et son épée devait en faire bien trois.

« Eh bien, si les ninjas de Suna sont obligés de se cacher derrière un vieillard et un type aux yeux dorés, ahah quelle bande de lavettes ! Je regrette l’ancienne génération, au moins à mon l’époque les hommes en avaient dans le pantalon… Et dire que vous allez tous mourir, surtout toi le vieux ! Je vais t'envoyer plutôt que prévus au cimetière, ensuite je m’attaquerais au détenteur du Kinton… A par s’il accepte ma proposition… » Avant qu'un sourire sadique ce dessine sur ses lèvres.

Le chef de l’armé de suna du nom de Yetaz saisis son arme et attendit qu’il porte le premier coup, ce qu’il fut en hurlant, d’un large mouvement du bras qu’il arma en le reculant, il amorça un coup d’estoc, que le géant l’évita en roulant à terre, pour sa taille il était incroyablement agile. En se relevant, il donna un coup de la lame sur l’épée, qui déséquilibra son porteur, puis il posa sa main sur son armure et lança un violent jutsu de fuuton de punition qui souffla sa capuche, dévoilant son visage, dévoilant le fait qu’il est assez âgé lui aussi, mais qu’es qu’il était habile et fluide dans ses techniques pour un mastodonte. Avant que Yetaz le chef de l’armée de Suna ne se rende compte de son erreur, un éclair bleu parcourut tout son bras en partant de l’épaule, le frappant de plein fouet, et il s’effondra à terre dans une gerbe de sang, au moment où Yetaz aller être achevé, Hider le protégea d’un dôme de métal, ce qui énerva le leader de l’armé adverse.

« Oh ? Encore toi ?! Tu vas arrêter de jouer les sauveurs ? Tout en approchant rapidement en lui assenant un violent coup de poing vers le visage de Hider.

Celui-ci esquiva de justesse d’un salto en arrière, et heureusement d’ailleurs, pour rétorqua de plusieurs boules de katons en forme de têtes de spectres qui crèrent un cercle ce resserrant rapidement sur le mastodonte à la volonté de Hider, que le géant encaissa de plein fouet, ce faisant repousser contre le mur tout en laissant un sacré creux derrière-lui, en grimaçant de douleurs, mais le mastodonte était toujours debout. Avant que Hider ouvre la bouche essoufflée, posant le genoux droit au sol, preuve qu'il en pouvait plus.

« Dis-moi… Je sais très bien que j’ai aucune chance contre toi. Ce ne serait pas mieux de tout arrêter, même si tu me tues, il y a encore toute une armée de ninja de suna qui vont arriver... Cessons de nous battre ! Evitons les pertes humaines inutiles ! rétorqua Hider, si convaincant dans ses propos, et si sincère dans ses dires.
Puis une discussion s’entama entre le colosse et le jeune Hider, ils s’échangés quelques coups de katana, sans pour autant que le colosse le tape avec toute sa force, il avait vu que le jeune Hider ne pouvait plus réellement répondre aux attaques, en fait il commencé à apprécier Hider au fil des discussions qu’ils s’échangeaient, jusqu’à qu’il lui répondit.

« J’en ai gros sur le cœur contre Suna, mon petit… Tu m’as l’air si sincère, c’est tellement du gâchis que tu ne rejoignes pas mon village ou bien le temple du vent… Mais soit, nous allons faire une trêve pour le moment, le village de Suna regorge de bon ninja, je suis sûr que plus tard, tu seras un grand homme… Mais, c’est toujours un gâchis que tu ne me rejoignes pas !
-Ta proposition me touche et honorifique, je suis bien content que ne nous sommes trouvés un terrain d’entente, j’admire votre puissance, j’ai tellement encore à apprendre.
-Ça viendra mon petit… Par contre, s’il y a un traité de paix entre nos villages, je veux que ce soit toi qui vient à mon encontre, et non les autres, sinon je déclarerais la guerre, cette fois je serai intransigeant, j’utiliserai toute ma puissance !
-Très bien, je serais là, je n’ai qu’une parole.
-Parfait, surtout entraine-toi bien, j’aurai pu te tuer dix fois d’affilés, c’est juste que…Bref, devient fort, tu as un sacré potentiel, tu me rappel un vieil-homme qui maîtrisait le kinton il y a jadis longtemps, je savais que tu devais être quelqu’un de sa famille…
-Oui, c’est mon grand-père… Merci beaucoup, pour cet hommage.
-Partez maintenant, avant que je change d’avis et que je vous annihile tous…» termina son allocution avant de faire un léger sourire au jeune Hider.

Deux semaines plus tard après cette bataille, Hider marchais seul dans le grand désert aride près d’une pyramide, cherchant à atteindre les oasis où il pourrait se reposer, mais il fut intercepté par plusieurs hommes. Aussitôt, il fléchit ces jambes, et mis sa main dans son dos, prêt à saisir son katana qui y pendait, en attente d’un combat proche. Soudain, les hommes s’écartèrent pour laisser passer un samouraï, dans une armure magnifique qui resplendissait à la lumière du soleil. Assis sur sa mule dans une posture solennelle, Hider pensait se trouver face à un roi, mais il était le chef de la troupe des Samouraï vu l’insigne, Hider se préparais au pire, après la bataille d’il y a deux semaines, on dirait bien qu’Hider attire la crème des crèmes…

« Je t’ai vu à l’œuvre lors de la dernière bataille contre le colosse du temple du vent, et je dois dire que tu m’as impressionné, même si tu as perdu le combat, tu t’es bien battu, certain t’ont attribué d’homme aux yeux d’or, ça sonne bien je trouve… C’est pourquoi je viens te proposer de joindre nos rangs. dit-il en souriant.
-Votre proposition me va droit au cœur, mais je suis un shinobi du village de Suna, et je lui serais toujours fidèle. Et puis, je dois devenir fort, car je l’ai aussi promis à cet homme. Dans la vie on tombe toujours par plus fort que soit, ce jour-là nous les ninjas de Suna, nous sommes tombés sur plus fort.

-C’est dommage…. Nous respectons votre choix, j’espère qu’un jour ne nous croiserons, mon jeune ami »

Il connut quelques défaites, il avoua souvent être tombé sur beaucoup plus fort que lui, mais il s’en sortait toujours, et ainsi il remerciait le destin d’avoir échappé de nombreuses fois à la mort.

Quelques années passèrent ainsi, et son grand-père finit par décéder, lui aussi, ce qui le plongea dans une profonde tristesse. C’est alors que les membres du clan Zeruge en profitèrent pour se rebeller contre Hider, car ils le trouvaient, par jalousie, bien trop jeune pour diriger le clan. Certains hommes avaient donc attendu impatiemment la mort du vieux sage, pour créer un conflit au sein du clan, et essayer de monter le reste des membres contre Hider. Celui-ci resta d’un calme absolu, maître de ses émotions, acceptant de laisser le lead sans même réagir -en grande partie parce qu’il était bouleversé et profondément triste de la mort de son grand-père- mais prévint tout le monde qu’ils commettaient une grave erreur. Aussi, le lendemain à l’aube, résigné, il prévint le clan Zeruge, puis quitta le village de Suna dans l’espoir et l’objectif de parcourir le monde, et de revenir, encore plus fort, afin de protéger ceux qu’il aimait.
Même s’il avait été trahi, il n’arrivait à en vouloir à personne.

Son voyage commencé, il fit tout d’abord la rencontre tout près du village de la cascade d’une vieille femme tigre du nom de Saruta. Sans qu’il ne sache pourquoi, elle le prit sous son aile et devint une seconde mère pour lui. Elle lui enseigna un pouvoir très spécial : le mode Sennin des tigres. C’était un pouvoir maîtrisant l’énergie naturelle, qui donnait à l’utilisateur une force décuplée, une meilleure résistance et agilité, tout en améliorant la puissance de ses attaques. Hider eu du mal au début, plusieurs échecs avant de comprendre le métabolisme de cette nouvelle technique. Il n’arrêta pas de se transformer en tigre blanc, pour tout vous dire, à chaque échec il devait attendre vingt-quatre heures pour reprendre son apparence d’humain, grâce à son maître… d’un simple coup de bâton sur le ventre elle le fit repris son apparence d’humain avec toujours un ton moqueur, comme une mère avec son enfant, la tigresse était joueuse avec Hider, bien que celui-ci ne perdait pas espoir mais il fallait qu’elle lui explique cet art si complexe.

En règle générale de Saruta le maître de Hider, elle lui disait, qu’afin d'utiliser du Chakra, l’utilisateur doit faire appel à son énergie physique à laquelle il mélange son énergie spirituelle. Grâce au Senjutsu, l’utilisateur peut ajouter une troisième source d'énergie, celle provenant de la nature, qu'il malaxe aux deux précédentes et obtient ainsi une nouvelle forme de Chakra beaucoup plus puissante, mais qu’il fallait beaucoup médité pour apprendre à malaxer le tout sans prendre l’apparence d’un tigre.

A chaque tentative, toujours un échec, effectivement beaucoup trop d'énergie naturel emmagasiné, c'était pour laquelle il prenait l'apparence d'un tigre, alors qu'il devrait uniquement avoir quelques marques d'arabesque avec tous les atouts du mode sennin comme l'odorat, vitesse, résistance, force surdéveloppée. Il continua dans cette échec en prenant la forme d'un tigre blanc, ou un gros chaton selon les façons de voir. Ses rayures noires, qui dessinent de magnifiques arabesques, se marient si bien avec sa blanche fourrure, immaculée. Son regard lui n'a pas changé, des yeux d'or, et sa fourrure si douce. Mais il n'avait rien d'un prédateur, du moins dans son comportement, ce qui était plus marrant c'est qu'il avait toujours garder sa voix, et parler toujours comme un humain. Saruta fini par être impressionnée par le calme de Hider, et surtout de sa patience sur ces échecs cuisants.

Il finit par maîtriser ce pouvoir au bout de trois ans de travail acharné, et grâce à elle, il fut donc le premier Zeruge à maîtriser parfaitement l’art du métal, le kinton, devenant ainsi le fondateur officiel des techniques de cet art. Durant ces trois années il avait parfois enchaîné les échecs, mais il s’était battu, avait gardé espoir, et il avait fini par maîtriser cet art difficile, et même à améliorer sa puissance, en étant capable de garder le mode sennin plus longtemps. Entre temps il avait fait un pacte avec Saruta, pour qu’il invoque des guerriers tigres qui l’aideraient au combat en cas de difficulté, une nouvelles affinité s’ajouta dans son panel, raiton. Elle transforma Hider, le rendant plus calme encore, elle lui apprit l’art de la méditation, à mieux se canaliser et à avoir un meilleur contrôle de soi, et elle était fière de lui comme si c’était son propre fils. Elle confia même un jour à Hider qu'il était fait pour le combat, et qu'elle ne lui avait pas appris le mode sennin des tigres par hasard. Malheureusement vint le moment où elle dut le quitter : elle devait rejoindre les siens, car le monde des humains n’était pas fait pour elle, et ce même si Hider lui avait montré que parmi les humains se trouvaient des gens bien et dignes de confiance. Elle ne lui dit rien au sujet de sa venue au sein du monde des humains. Si triste de le quitter elle finit en larmes, au moment des au revoir, et Hider la serra fort dans ses bras, en la remerciant de tout ce qu’elle avait fait pour lui. Hider était à présent devenu un homme fort, très expérimenté en termes de combat, et ce, à l’âge de vingt-trois ans.

Il voyagea ensuite un peu partout dans le monde, parcourant les plaines et les déserts, les Pays de la Terre, du Feu, de la Foudre, et de l'Eau, se nourrissant de baies ou de la chasse des quelques animaux qu’il croisait. Son but était d’offrir son aide aux plus démunis, et il le fit autant qu’il le put, venant aux secours des blessés, des gens malades ou affamés et continuant son chemin dès que l’on avait plus besoin de lui. Bien sûr, il connut quelques affrontements contre des ninjas d’exceptions, ce qui le forgea encore un peu plus et lui confirma qu’il avait choisi la bonne voie.

Ainsi une fois, il fut attaqué par des Ninjas d'un clan lointain. Ils étaient expérimentés et froids, et il ne savait pas ce que ces hommes lui voulaient, mais lorsqu’ils se retrouva encerclé, il comprit qu’il aurait beaucoup de mal à s’en sortir sans une aide inespérée.
Il réussit grâce à ses paroles envoûtantes et son lancer de shuriken précis à tuer trois des sept ninjas, mais il était faible ce jour-là, car il n’avait pas mangé depuis la veille, et il sentit ses forces l’affaiblir quand deux des ninjas se jetèrent sur lui. Suite à cela, Hider boitait, et du sang coulait d’une éraflure sur son crâne, rouge brillant sur la chevelure blanche. Miraculeusement arriva à ce moment-là plusieurs hommes du village où il se trouvait, et sans qu’il ne sache pourquoi, ils prirent le parti de Hider et se ruèrent sur ses assaillants. Hider se demanda un instant si l’un d’entre eux le connaissait. Très vite les ninjas, surpris, furent mis hors d’état de nuire, et Hider, épaulé par un des villageois, essaya de courir ensuite sur plusieurs mètres malgré sa jambe qui lui faisait mal, puis s’arrêta enfin pour les remercier lorsqu'ils se surent hors de danger. Ce jour-là, il avait bien failli mourir et c’était grâce à eux qu’il avait pu s’en sortir. Il les remercia, les villageois le serrèrent dans leurs bras et repartirent.

Une autre fois, alors qu'il arrivait au Village de la Cascade se trouvant tout au nord du Pays du Vent, il tomba sur une bande de ninjas en train de piller les habitations. Décide à porter secours comme toujours, il s'engouffra à leur suite dans une modeste maison où il vit que tout avait été mis sens dessus dessous, puis entendit le cri d'une femme, provenant de la chambre. En effet, une jeune femme y était en train de tenter de défendre ses biens, et se faisait malmener par un des trois ninjas présents. N'écoutant que son courage, Hider puisa en lui pour se mettre en mode sennin des tigres et attaqua le ninja qui voulait contrôler la jeune femme affolée. Ce ninja ne vit pas son attaque venir, et au premier coup porté, s'effondra la tête pendante sur le lit. Les deux autres ninjas qui fouillaient tiroirs et meubles quand Hider avait attaqué leur compagnon, furent pris de stupeur en le voyant pour mort. L'un d'entre eux s'enfuit, et Hider, en pleine possession de ses pouvoirs, n'eut aucune difficulté à mettre KO le dernier ninja. Il prit ensuite par le bras la jeune femme qui était sous le choc, et l'entraîna rapidement avec lui. Plus tard, après avoir couru un moment pour finir par se réfugier dans une grotte, près d'un village voisin, la jeune femme se confondit en remerciements, embrassant les mains de Hider et lui souriant à travers ses larmes. Elle avait tout perdu, mais semblait ne pas éprouver que de la reconnaissance envers Hider. Il est vrai qu'Hider était un homme beau et fort : sa longue chevelure blanche qui pouvait parfois virer au gris lui arrivait en bas des omoplates, et une frange venait cacher les étranges marques bleutées sur son visage qu'il avait hérité de son père. Ses yeux jaunes vifs étaient intelligents et profonds, et surtout, une impression de force se dégageait de lui, de ses pectoraux larges et de ses muscles saillants.

Désireux de l'aider à s'en sortir, Hider proposa à la jeune femme de le suivre, pour lui apprendre à son tour tout ce qu'il savait, principalement à méditer et apprendre à se défendre. La jeune femme accepta, et se mit à éprouver de forts sentiments pour Hider, mais celui-ci ne la voyait que comme une sorte de petite sœur. Lorsqu'elle lui parut assez forte, donc, Hider lui dit qu'il était à présent temps pour elle de se débrouiller toute seule, et qu'il était fier de tout ce qu'elle avait accompli.
Un peu triste mais reconnaissante, la jeune femme lui dit au revoir et partit sans se retourner.

Dix ans de sa vie s'étaient donc écoulés ainsi. Dix ans de rencontres, de batailles, de méditation, de découvertes, de paysages : Hider était fort de toute cette expérience. Ayant passé une bonne partie de sa vie à l’entraînement et au combat, connu des défaites comme des victoires, vint enfin le jour où il pensa à revenir au village de son enfance. Mais avant cela, il décida de s’installer dans une pyramide en plein désert, souhaitant tout d’abord récolter quelques informations sur son pays natal : qu’était-il devenu durant toutes ces années ? Les semaines passèrent sans trop d’événements, mais un jour, un groupe de ninjas accompagné de l’empereur du pays arriva devant la pyramide où Hider avait élu domicile. L’empereur du vent avait appris de ses informateurs qu’Hider était de retour au Pays du Vent, et qu’il était devenu un ninja puissant et sage, ce qui faisait de lui la meilleure personne à pouvoir succéder à l’ancien kazekage, qui avait fait un sacré carnage au village. L’empereur du pays du vent ainsi que ses hommes furent surpris en revoyant Hider. Même si on le reconnaissait toujours grâce à sa chevelure blanche et ses yeux d’un jaune brillant, il avait beaucoup grandi et sa silhouette s’était remarquablement musclée au fil des années.

Ainsi il y eut une longue discussion entre l’empereur du vent et Hider. La discussion dura toute la nuit, et au petit matin, l’empereur lui proposa de devenir le nouveau Kazekage pour ainsi faire prospérer au pays le village de Suna. Hider, reconnaissant, accepta. C’était le début de sa nouvelle vie, dans le village où il avait grandi..



Daimyô : « Qu'elle a été l'erreur de l'ancien Kazekage ? »
Hider : « Je ne suis pas son juge, mais écoutez-moi bien ce que je vais vous dire… La plus grande couardise consiste à éprouver sa puissance sur la faiblesse d'autrui. »
Daimyô : « Je sais que cette phrase est pour lui, mais je crois qu'elle m'est destinée. »


Dernière édition par Hider Zeruge le Lun 7 Aoû - 14:05, édité 4 fois
|°|Sennin ninja légendaire|°|Jinchuriki de Shukaku|°|
|°|Sennin ninja légendaire|°|Jinchuriki de Shukaku|°|
avatar
pic-profil
Messages :
26
Date d'inscription :
09/03/2017

Fiche Ninja
Niveau/Chakra:
1500/1500  (1500/1500)
Ryos: 800
Points d'éxpériences:
217/1500  (217/1500)

Mer 12 Juil - 20:33
Comme déjà dit en privé, tu es validé en tant que Nidaime Kazekage, au plaisir de t'embêter en RP Very Happy



Spoiler:
 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
Chapitre 1 - "Voici mon histoire". (ROSA MENDES REACTION #4)
Iron Sky (nouveau film qui sort en novembre 2011)
Martelly nomme un nouveau Consul général à New York
La cocaine debarque à nouveau en haiti
Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes